Présentation des journées "Filles et math-info : une équation lumineuse !"

Moins de 30% de femmes dans les métiers de l'informatique et les chiffres sont en baisse.

Pour contrer cela, nous organisons à Lyon une journée "Filles et maths-info : une équation lumineuse !" par an depuis 2015, à destination des lycéennes. Nous détaillerons le contenu de ces journéees.

Learn Learn
#TALK in French
Wednesday May 25th
11:40 - 12:30

Kare room (S103)

Autrices : Natacha Portier et Nathalie Revol Organisation lyonnaise : Natacha Portier (ENS de Lyon), Nathalie Revol (Inria), Jérôme Germoni (Université Claude Bernard - Lyon 1)

Peu de femmes dans les métiers de l'informatique : moins de 30%, et même plutôt 15% si on se concentre sur les fonctions techniques. Ces chiffres ne sont hélas pas en progression, il ne suffit donc pas d'attendre benoîtement que la parité s'instaure d'elle-même. En effet, si on observe l'évolution des pourcentages depuis les années 1940 ou 1950, on constate une lente mais solide augmentation jusqu'en 1985 environ, puis une décroissance. Si on se concentre plutôt sur les effectifs, on observe que le nombre de femmes stagne alors que celui d'hommes a été multiplié par 3. Ce phénomène n'est pas propre à la France, il s'observe dans tous les pays occidentaux.

Supériorité supposée de l'électronique sur le logiciel (où étaient cantonnées les femmes) aux débuts de l'informatique, assimilation des métiers de l'informatique à ceux de la bureautique, puis apparition de l'ordinateur personnel dans les foyers autour de 1985 et avec lui de la figure du geek asocial... entre des explications historiques et une vision de l'informaticien peu faite pour séduire les jeunes filles au moment de choisir leur orientation, les explications de ce phénomène sont multiples. Dans d'autres pays cependant, tels que la Malaisie, où les métiers de l'informatique sont vus comme requérant peu de force physique et permettent de travailler depuis son domicile, et donc de concilier vie personnelle et vie professionnelle, on observe un renversement complet des statistiques.

Pour contrer cette raréfaction des femmes dans les métiers liés aux mathématiques et à l'informatique, plus d'une centaine de journées "Filles et maths-info : une équation lumineuse !" à destination des lycéennes ont eu lieu depuis 2009, organisées par les associations Femmes&Math et Animath, soutenues par la Fondation Blaise Pascal. Nous organisons à Lyon une journée par an depuis 2015 et nous accueillons de 70 à 90 lycéennes pour chaque édition.

Les objectifs de ces journées sont d'aider les jeunes filles à dépasser leur représentation des métiers scientifiques et techniques, à ne pas minorer leurs ambitions, à ouvrir l’éventail des choix possibles vers les filières scientifiques.

Le format de ces journées est le suivant : puisque le thème central est l'informatique ou les mathématiques, nous commençons par une conférence scientifique, donnée par une chercheuse locale sur son domaine de recherche ou tout autre sujet de son choix, en lien bien sûr avec l'informatique ou les mathématiques (souvent appliquées). La deuxième partie de la matinée est consacrée à un atelier sur les stéréotypes : il s'agit à la fois d'informer, de mettre en évidence le poids des stéréotypes qui freinent les jeunes filles quand il s'agit de s'orienter vers un métier lié à l'informatique ou aux mathématiques, sans pour autant minorer leur importance, ni la majorer. L'équilibre est délicat et nous élaborons et améliorons ces ateliers en lien avec des sociologues spécialistes du sujet, Isabelle Collet et Clémence Perronnet. Ces ateliers s'effectuent en groupes de 25 à 30 lycéennes, ce qui permet à chacune de pouvoir s'exprimer.

Rencontrer des femmes qui travaillent dans l'informatique ou les mathématiques et échanger avec elles est primordial, pour une lycéenne, afin de pouvoir se projeter à son tour dans ces métiers, pour pouvoir s'imaginer les exercer : c'est pour cela que le début de l'après-midi est réservé à des speed-meetings où les lycéennes, en petits groupes de 10 au plus, rencontrent tour à tour 5 femmes pendant un quart d'heure. Ces femmes sont à des stades divers de leurs parcours : étudiantes ou en activité, et exercent dans des domaines variés : recherche ou privé, grosse entreprise ou petite structure... Enfin les lycéennes se retrouvent à nouveau toutes ensemble pour une représentation de théâtre-forum, avec une pièce conçue pour ces journées, adaptée à leurs préoccupations... et interactive.

Avec Natacha Portier, nous présenterons ces journées, leur format, nos interrogations pour qu'elles soient le plus efficaces possible... et notre frustration de ne pas avoir de bilan chiffré, puisqu'il est difficile de savoir si nos actions ont permis à certaines lycéennes de considérer que les métiers de l'informatique et des mathématiques sont faits pour elles ou non, ni si elles ont franchi le pas.

Nathalie Revol

Femmes&maths

Nathalie Revol est chargée de recherche à l'Inria et elle travaille au laboratoire de recherche LIP.