Du design de l’attention à l’éthique du designer


Quand je conçois une page, un service, je vais faire attention aux besoins des utilisateurs, à leurs capacités cognitives. Je vais les guider dans le parcours que j’estime pertinent pour eux. Je vais attirer à leur attention vers certains éléments, la détourner d’autres éléments que je juge secondaire. Je peux jouer avec différents biais cognitifs pour arriver à mes fins. En allant plus loin, je peux mettre en place une stratégie pour que les utilisateurs adoptent librement certains comportements, voir créer de l’addiction, que se soit numérique ou dans la vie réelle. Ces comportements peuvent être vertueux ou justes servir les intérêts d’une entreprise. Quand est-ce que, moi, designer je passe la ligne rouge ? Quelles règles je me fixe ou pas ? Il existe des codes de conduites comme celui de l’UXPA, mais concrètement ça donne quoi quand on essaye de l’appliquer dans la vraie vie ?


Makers

Makers

#TALK in French

Raphaël Yharrassarry



Other talks from Raphaël

  • 2019 - Slow UX, De l’art de la lenteur dans les processus de conception centrés sur l'usage.

    Raphaël Yharrassarry

    J’aurai pu intitulé cela juste « Slow UX » mais c’est justement ce genre de raccourci que je souhaite éviter, comme si il existait une « fast&furious UX ». Malheureusement, je crains que cela soit une croyance un peu trop répandu dans bien des milieux peu au courant des bonnes pratiques. Le marché de l’expérience c’est largement diversifié ces derniers temps, après la phase de croissance en UX pur et dur, une phase de design thinking, d’autres disciplines se confrontent à l’expérience et au facteur humain avec plus ou moins de bonheur. Les méthodes « Fast & Furious UX », design sprint ou guérilla font la course à l’échalotte, mais j’aimerai plus vous parler du temps nécessaire pour bien prendre en compte le facteur humain et ses usages.