Les ouvrages d’anticipation peuvent-ils contribuer à changer le monde ?


Saviez-vous que le créateur du smartphone Android lorsqu’il était chez Google, Andy Rubin, a souhaité bon anniversaire d’activation au répliquant Roy Batty du film Blade Runner ? De William Gibson qui a inventé le mot cyberspace à Vernor Vinge qui est le père de la Singularité technologique en passant par Philip K. Dick à qui nous devons le roman d’où est né Blade Runner, la conférence s’interrogera sur la façon dont la science-fiction irrigue le réel, et comment notre réalité de plus en plus technologique s’imbibe elle aussi de romans et univers d’anticipation.



Aliens

Aliens

#KEYNOTE in French

Ariel Kyrou

Rédacteur en chef de la revue Visions solidaires pour demain et membre du collectif de rédaction de Multitudes, Ariel Kyrou aime utiliser la science-fiction et l’art contemporain pour penser (et panser) notre aujourd’hui.

Coscénariste du film documentaire Les mondes de Philip K. Dick (Nova Prod, Arte, 2016), il est l’auteur de Réinventer le travail sans l’emploi (Institut Diderot, 2017) ; L’emploi est mort, vivre le travail ! (Mille et Une Nuits / Fayard, 2015) avec Bernard Stiegler ; Ceci n’est pas un blasphème (Inculte / Actes Sud, 2015) avec mounir fatmi ; Révolutions du Net (Inculte, 2012) ; Google God (Inculte, 2010) ; ABC Dick : Nous vivons dans les mots d’un écrivain de science-fiction (Inculte, 2009) ; Paranofictions, Traité de savoir vivre pour une époque de science-fiction (Climats, 2007) et Techno Rebelle, Un siècle de musiques électroniques (Denoël, 2002).

Directeur associé de la société Moderne Multimédias, il est également le rédacteur en chef du magazine de réflexion sur le numérique Culture Mobile, des dossiers du Digital Society Forum et de la base de connaissance pour l’invention solidaire et sociale solidarum.org. Rédacteur en chef adjoint du mensuel Actuel de 1989 à 1993, et désormais chercheur associé au Costech, laboratoire de sciences humaines et sociales de l’Université de technologies de Compiègne (UTC), il enseigne « l’histoire critique des cultures actuelles » à l’Université de Versailles / Saint-Quentin en Yvelines, et contribue actuellement à la construction de deux projets : un Institut des hautes études dans la transition numérique (IHETN) ainsi qu’une Université de la Pluralité (U+), réseau autour des imaginaires du futur.