Rencontre avec la coach agile Oana Juncu


par Agnès, le 5 avril 2012


Oana Juncu animera la session "Le DotGame, jouer la performance". Nous lui avons posé quelques questions pour vous donner envie d'assister à son talk


L'équipe MiXiT : tu es "coach agile", peux-tu nous expliquer en quoi consistent tes missions?
Oana Juncu : J'ai vraiment du mal avec ce terme, mais c'est celui qui est le plus utilisé. J'aime beaucoup l'idée "d'Agent de Changement", je m'y retrouve mieux. Ce que je fais ? J'accompagne des équipes qui veulent fonctionner en Agile, des organisations qui veulent devenir Agiles, et surtout j'essaie de faire interagir les individus. Je crois qu'on a peu de chance de réussir (une initiative, un projet, etc.) ou grandir si on n'a pas conscience que nous sommes ensemble responsables du résultat. Et prendre conscience de cette responsabilité commence au moment où on se tourne vers l'autre pour écouter et parler.

L'équipe MiXiT : tu es également impliquée dans l'organisation d’événement comme ALE (Agile Lean Europe). Peux-tu nous présenter cette facette de tes activités?
Oana Juncu : Ça va de pair avec mon appétit pour soutenir la communication entre personnes. Je crois beaucoup à la valeur surprenante de ce que la collaboration (intelligence collective) apporte en termes de résultats. C'est la raison pour laquelle je veux rester impliquée dans l'organisation des événements comme ALE et c'est une démonstration continue de ce que la motivation intrinsèque d'un groupe de personnes peut produire. D'ailleurs MiXiT est aussi un bon exemple de ce type.

L'équipe MiXiT : Tu vas venir parler à MiXiT du jeu agile "Le DotGame". Quand l'as-tu découvert et dans quel contexte le mets-tu en pratique?
Oana Juncu : J'ai découvert ce jeu il y a deux ans je crois. C'est un jeu Kanban simple à mettre en œuvre. Je l'utilise dans mes formations pour démontrer les vertus du flux tiré, et de l'importance de l'implication de l'équipe pour que le flux tiré soit efficace.

L'équipe MiXiT : Comment as-tu vécu/vis tu le fait d'être une femme dans un milieu informatique très masculin (c'est super ? c'est parfois dur ? rien de particulier, etc.) ?
Oana Juncu : Je n'ai pas trop remarqué de différence . Je peux avoir parfois un "soupçon d'impression" sur le côté perçu plus rassurant du discours porté par un représentant en costume et cravate (eh oui !) , mais je peux me tromper dans cette observation. En général, je ne décèle pas de vraie différence.

L'équipe MiXiT : Il y a quelques années, tu étais "Software Application Architect" ou "IT Architecture manager", donc à priori un métier technique, proche du développement (où les hommes sont encore plus représentés). Comment s'est passée cette expérience ? Aujourd'hui tu fais plus du coaching, tu es donc sûrement moins proche de la technique : qu'est-ce qui a fait que tu t'es éloignée de la technique un jour ?
Oana Juncu : Tu as raison, je suis moins proche de la technique aujourd'hui. En fait j'ai très bien vécu ma place comme femme en tant que "Architecte". Le fait d'avoir une place dans ce monde très masculin était surprenant et attirait la bienveillance. J'apprécie le monde technique avec son côté "No games, just sport". J'ai commencé à m'éloigner de la technique quand j'ai eu le "déclic", que j'ai compris que la contribution à créer un résultat utile pour ceux pour lesquels je travaille était plus important que l'implémentation d'une solution qui reflète une prouesse technique. J'aurais pu rester dans la technique pour porter cette approche, mais à l'époque j'aurais eu moins de leviers pour le faire. Aujourd'hui je pense qu'on peut faire les deux. C'est d'ailleurs la mouvance que l'Agilité a apportée et du coup nous avons des développeurs "artisans" (craftsmen) formidables qui créent du code responsable, durable, utile. Abandonner le développement après 30 ans ce n'est pas seulement un phénomène touchant les filles. Il me semble que c'est un phénomène culturel . Le changement apporté par l'état d'esprit Agile : donner l'autonomie aux équipes, le manager au service de ces équipes, changera cela je l'espère.